Notre beauté est-elle un risque pour notre santé ?

Avez-vous déjà pensé à ce que contenait vos produits de beauté et d’hygiène ? Vous êtes vous déjà posé la question de ce qu’est le amodimethicone ? Ou le methylparaben ? Ou encore le Disodium EDTA ?

Un nombre interminable de nom barbares tous autant imprononçables les uns que les autres se trouvent dans la liste des ingrédients présents dans nos produits de beauté. La question est de savoir ce qui se cache derrière ces noms et si toutes ces substances sont inoffensives pour notre santé.

Une française utilise tous les jours une quantité énorme de produits cosmétiques tels que le shampoing, les produits lavants (corps et cheveux), les crèmes et huiles (corps et visage), mais aussi des produits de maquillage et d’esthétique. Des chercheurs américains, ont mené une enquête et ont trouvé que 82 000 ingrédients étaient utilisés dans la fabrication des produits de beauté. Un ingrédient sur huit est un produit chimique industriel. Certains sont cancérogènes, d’autres comprennent des pesticides ou des toxines affectant le système reproducteur (les fameux perturbateurs endocriniens) ; sans parler des impacts directs ou indirects sur notre environnement (produits et emballage).

Faisons donc le point.

Tout d’abord en France, il existe une législation concernant les ingrédients pouvant entrer dans la composition d’un produit cosmétique.
En 1976, une directive européenne a été rédigée avec pour objectif de définir les cosmétiques (afin de les différencier des produits pharmaceutiques), mais surtout d’établir les règles d’autorisation et de contrôle des ingrédients, les règles de sécurité du produit ainsi que les règles d’informations aux consommateurs et de publicité. Cette directive est transposée en France par le Code de la Santé Publique.
C’est en 2009, qu’une refonte a eu lieu au niveau européen et a donné lieu à un Règlement Européen sur les produits cosmétiques, toujours en vigueur.

Il faut retenir qu’il est interdit de mettre sur le marché français un produit cosmétique sans avoir envoyé sa formule aux 3 centres français anti-poisons et que le fabricant est tenu de vérifier que les produits sont conformes à la réglementation française et européenne en ce qui concerne la sécurité pour la santé humaine, la composition, l’étiquetage etc...

Pour cela, il existe trois listes d’ingrédients :

  • Liste négative : celle-ci rassemble les ingrédients interdits dans les cosmétiques. Il y en a environ 450 parmi eux certains colorants ou métaux lourds.
  • Liste des substances soumises à une restriction : certains ingrédients peuvent être utilisés mais sont soumis à une restriction de concentration ou d’utilisation. Des précautions d’emploi sont donc mentionnées sur l’étiquetage du produit.
  • Liste positive : il s’agit de l’ensemble des ingrédients autorisés dans un produit cosmétique rassemblant les conservateurs, les filtres UV et les colorants.

Tout cela reste bien vague, quand on sait que l’accès à ces listes est compliqué pour un consommateur lambda, mais aussi qu’il faut être très bon en droit et en chimie pour comprendre le fonctionnement de tout cela. N’oublions pas non plus le poids des lobbies cosmétiques qui arrivent à mettre une telle pression sur les acteurs politiques que certains produits dangereux pour notre santé demeurent toujours dans nos produits de beauté.

De nombreuses enquêtes, études ou encore articles ont été écrit et réalisés ces dernières années ; c’est assez pour que les consommateurs puissent y voir plus clair et choisir les produits cosmétiques qu’ils veulent ou non utiliser quotidiennement sans risque pour leur santé.

Voici une liste non exhaustive de quelques substances (et leurs dérivés) qu’il faut éviter dans les produits cosmétiques que nous utilisons tous les jours :

  • les dérivés d’aluminium et sels d’aluminium
  • les parabènes
  • les phtalates
  • les huiles minérales
  • les SLS (Sodium Laureth ou Lauryl Sulfate)
  • les PEG (Polyéthylenglycols)
  • les MEA, DEA et TEA (Monoéthanolamine, Diéthanolamine et Triéthanolamine)
  • les BHT et BHA
  • les formaldéhydes
  • les séparateurs de formaldéhydes
  • les EDTA
  • l’AHA (Acide Hydroxy d’alpha)
  • le triclosan
  • les colorants cosmétiques (dérivés du goudron de houille CI suivi de chiffres) P-PHENYLENEDIAMINE
  • les parfums et fragrance
  • pétrolatum
  • les siloxan

En conclusion, retenez et appliquez quelques règles de bases et de bon sens :

  • Plus la liste d’ingrédient est longue, plus votre produit à de chance de contenir des substances nocives.
  • Lorsque les noms sont imprononçables, méfiez-vous.
  • Utilisez des guides de poches tels que celui de la Fondation David Suzuki (organisme canadien), il est très pratique et synthétique. Pour les anglophones, le site internet du Environmental Working Group a crée une base de donnée Skin Deep qui vous permet d’entrer le nom d’une substance, et d’y trouver une note allant de 0 à 10, 10 étant le plus toxique. La version application sur smartphone est également pratique, vous pouvez scanner les codes barres de vos produits (fonctionne surtout pour des produits présents sur le marché américain) et y trouver la note et quelques informations.
  • Tournez-vous vers les produits naturels et biologiques en faisant toutefois attention à ne pas vous laisser avoir par le marketing. Un produit dit « naturel » ou « bio" ne doit pas juste en avoir le nom sur l’étiquette de devant. Vous devez systématiquement aller vérifier la liste des ingrédients et vous fiez aux labels et certifications. Ils ne sont pas infaillibles mais, vous assurent une qualité toujours plus sûres que les produits de la grande distribution.
  • Apprenez à décrypter l’étiquetage et ne vous fiez pas à ce que les vendeuses ou démonstratrices vous disent. Pour les produits biologiques, dans la liste des ingrédients, certains sont parfois suivis de petites astérisques (*). Lorsqu’il y en a une, il s’agit des ingrédients issu de l’Agriculture Biologique. Lorsqu’il y en a deux, la plupart du temps c’est pour expliquer qu’il s’agit d’un ingrédient naturellement présent ou issu d’une huile essentielle, pas d’inquiétude.
  • Aussi, lorsqu’un produit est certifié biologique, après la liste des ingrédients vous trouverez deux informations importantes : le pourcentage d’ingrédients issus de l’Agriculture Biologique et le pourcentage d’ingrédients d’origine naturelle. Plus les deux sont élevés plus votre produit sera inoffensif.
  • Enfin, oubliez les odeurs chimiques et de synthèse que vous connaissez, elles n’existent pas dans les produits naturels et pour cause, elles n’existent pas dans la nature ! C’est dur mais après quelques temps on s’y habitue.

Si vous souhaitez prendre rendez-vous avec un ostéopathe, merci de renseigner le formulaire.

Vos coordonnées

Nos interventions

Nos interventions :
Ostéopathie à domicile

Obtenez rapidement un rendez-vous à domicile

Lire la suite

Nos interventions :
Ostéopathie en entreprise

Planifiez des consultations pour vos salariés.

Lire la suite

Nos interventions :
Lors de vos événements

Organisez des consultations lors de vos événements sportifs, culturels ou institutionnels.

Lire la suite